language-FR

Déclaration d’intention

 

Qui sommes nous


L’«Alliance contre le « profilage racial» est une association informelle d’activistes, de scientifiques et d’artistes ainsi que d’organisation de droits de l’homme et de personnes, se défendant contre le racisme institutionnel dans les corps de police et les corps de  garde-frontières suisses. Les moyens que nous mettons en place sont divers et comprennent des recherches scientifiques, des processus d’observations devant les tribunaux et des couvertures médiatiques qui s’étendent sur le plan politique et culturel ; Ainsi que des campagnes et des prises de positions. Nous sommes un Mouvement.

 

Nos objectifs sont :


  1. Encourager les personnes touchées à se défendre, en s’associant avec elles pour une résistance commune
  2. Produire des connaissances critiques sur le Profilage Racial et sur le racisme structurel et les communiquer
  3. Intervenir sur les débats publics
  4. Faire pression sur les institutions de la politique, la justice, la police et le garde-frontière pour endiguer les contrôles racistes et mettre en place des mesures
  5. Ancrer dans la constitution un article qui sanctionne le Profilage Racial

 

Nos points de vue sont


  1. Nous considérons que le racisme est un problème de société, bâti historiquement sur le «mythe de la supériorité» et sur une «culture de la discrimination». Le racisme n’est pas un problème d’attitude et de comportement, mais est créé par les discours et les processus institutionnels. Cependant, il doit être pris au sérieux et combattu par tous les moyens appropriés.
  2. Nous constatons que de nombreux contrôles de police, dans toute la Suisse, sont motivés par le racisme. Les jeunes personnes de couleurs des deux sexes, précisément d’origine nord-africaine, arabe et sud européenne, comme d’ailleurs les Roms, les Sintis et les Yenisches, sont tous spécifiquement concernés.
  3. Compte tenu des pratiques de la discrimination et ses effets, les autorités policières prennent leurs responsabilités en réfléchissant à celles-ci et les conséquences liées, dans et par leur travail, en les combattant de manière préventive par des mesures appropriées. Il est important de mettre en place des formations de personnels, telles que des supervisions internes et externes construites sur le dialogue et la confiance,
  4. Les contrôles de police discriminatoires sont rabaissant et stigmatisant pour les personnes concernées, ils créent de l’insécurité, sont inefficaces et portent atteintes durablement le rapport entre la population migrante et les policiers.
  5. Les expériences des personnes contrôlées montrent que les enquêtes sont faites et/ou établies sur la base du Profilage Racial. En outre, la justice empêche l’accès des personnes lésées à leurs droits et ne rende nullement un jugement équitable ; Ce qui fait qu’elle rende légitime le racisme. De plus, malheureusement, elle condamne encore les accusés pour autant qu’ils soient victimes.

Ce que nous demandons


Compte tenu de ces violations systématiques contre le droit international et constitutionnel,
nous demandons des mesures efficaces afin d’introduire la prévention raciale dans les principes directeurs, les routines, le leadership, ainsi que dans la distribution des
ressources et dans la communication des corps de police et des corps de gardes-frontières.
Plus précisément, nous demandons:

  1. interdictions légales de discrimination dans la loi de la police fédérale, cantonale et communal, ainsi que dans la législation douanière et d’immigration.2. Que la police et les autorités de garde-frontière assument la responsabilité de leur pratique, vérifient les actes discriminatoires et qu’un système de quittance soit introduit. Les autorités établissent une quittance à chaque contrôle qui retrace le processus complet.
  2. Les pratiques discriminatoires et les impacts dans leur travail et par leur travail sont à réfléchir et que des mesures préventives soient instaurées, afin de lutter contre la discrimination.

Cela implique des mesures de formation et de gestion du personnel, notamment des supervisions internes et externes. Comme le chemin du droit perd son sens en raison des obstacles à échelles, tels que l’aspect économique et psychologique, qui sont en effet pour les victimes des barrières pour accéder à leurs droits. Il se montre que la police et le ministère de la justice se couvrent mutuellement par camaraderie, c’est pour cela que L’Alliance demande une levée de mesures contraignantes.

  1. Qu’au niveau fédéral, cantonal et communal s’établissent des instances indépendantes qui préservent le droit des plaignants face à la discrimination et les mauvais traitements,en lien avec le profilage racial. Ces instances doivent être impartiales pour instruire les plaintes contre la police. Les procédures sont gratuites pour les personnes lésées.

 

 

Facebook
Facebook
Twitter
Visit Us
Follow by Email